Souvenirs d’émois de Mai

Mojito_by_gBobly

Seule, assise à la terrasse d’un café qu’on peut définir comme lounge, je vois cette femme à une table contiguë, fumant une Vogue. Elle me rappelle ma semaine en Italie, quand j’étais adolescente et que je m’étais acheté ce même paquet en cachette. Je pense à ces vacances, pleine de nostalgie. Je n’avais personne dans ma vie, mais je me sentais sereine. Je n’étais pas triste d’être célibataire car je n’avais à l’époque perdu personne. Personne ne s’était encore débarrassée de moi comme d’un moustique qu’on écrase au fond de son poing, avant de l’avoir préalablement assommé bien comme il faut. Personne ne m’avait encore quittée par mail au bout d’un an de relation. Personne ne m’avait encore trompée pendant deux ans. Personne ne m’avait encore laissée tomber au bout d’un an et demi, pour ramener des filles en pleine nuit à peine deux semaines après et en me rayant de sa vie ensuite comme si je n’avais jamais existé.

J’ai lu récemment sur le blog d’un ami, le (dé)compte qu’il faisait de ses années professionnelles, entre stages, chômage, emplois précaires et finalement emploi durable. J’y ai vu le même parallèle avec ma vie sentimentale. Relations précaires, relations d’un soir, déceptions et bonheur qui se délite. En quittant ma table après quelques verres, j’ai vu le frère de mon dernier compagnon, je n’ai pas osé le regarder dans les yeux. Je n’ai pas osé faire face à ma vie qui partait en lambeaux.

Publicités

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s