Best month evaaa

Best month ever car (oui, j’aime les stats) ce mois a référencé le plus de visites sur mon blog à ce jour, même si je me serais bien passée de quelques unes de ces visites d’un jour.

Après avoir hésité pendant bien des jours concernant la fermeture de ce blog, j’opte simplement pour une « fermeture partielle » pendant laquelle je n’écrirai plus pendant un bout de temps. Le temps de mettre sur pause, de tout mettre sur pause. Je voulais supprimer ce blog qui ne m’apporte ni plus ni moins que des ennuis. Censé être là pour me défouler il me procure encore plus de problèmes qu’avant écriture. Mais je ne voulais pas le supprimer définitivement, de peur de le regretter, d’effacer plusieurs années sur un coup de tête, sur un coup de blues. Alors j’ai pensé que j’allais le laisser tel quel mais sans plus jamais m’en occuper. Tout en sachant pertinemment que j’allais craquer un jour et recommencer comme si de rien n’était. C’est pour ce cas que je vais opter, tout en vous prévenant. Oui toi qui viens par le biais des mises à jour Facebook, il n’y en aura plus pendant un certain temps non déterminé. Oui toi qui viens grâce aux flux RSS de mon blog, ils ne te serviront désormais plus à rien. Ou enfin toi qui viens en tapant « Sacriledge » sur Google, et je t’en remercie car je sais que tu me cherches moi et moi seule et ne tombes pas sur mon blog par le biais de mots-clés aléatoires, tu tomberas pendant plusieurs semaines sur ce dernier article des plus déprimants. Pour ce qui est de mes articles sur le dernier live de Depeche Mode, le nouvel album de Mylène Farmer et le concert (à venir) de Lady Gaga, ils arriveront, mais pas tout de suite.

Arrêter ce blog m’est venu comme une illumination. Même si me stopper d’écrire ne cessera pas tous mes soucis, il m’en ôtera au moins un. Une illumination aussi évidente que de se savoir la fille la plus intelligente quand je rentre dans un magasin Jennifer. Aussi rassurante qu’une fille enceinte qui ne sait même pas qui est le père. Et aussi moqueuse que de voir un homme dans la rue portant des sacs Zara pleins de nouvelles fringues. Je compare maintenant ce blog à un tronc d’arbre pourri de l’intérieur. Qui s’érode et s’émiette au fil du temps. N’a-t-il eu plus de force une fois pourri ou s’est-il pourri une fois que ses forces l’eurent abandonné ?

_Fraise_by_laspaceblondgirl

Fille joyeuse, neurasthénique, anxieuse, salope, rieuse, égoïste, mature mais aussi immature, aimable, détestable, dépressive, sympathique. Chacun choisira parmi cette liste les adjectifs me correspondant le plus. Et je serai la seule à savoir qu’il n’y en a aucun à rayer. Il n’y a rien de plus dur au monde que de se forcer à trouver le bonheur, à chercher d’être heureux dans la vie. A part peut-être l’avoir trouvé et le perdre dans la foulée. Et plutôt que de réussir dans la vie, réussir sa vie. Se forger un caractère, une éthique, une volonté et une motivation au-dessus de toute épreuve. Tout sauf se voir comme une trainée qui fornique dans les églises ou taille des bouffardes dans les salles de cinéma. Avoir un bel avenir, surtout quand le passé vous ferait ravaler votre fierté. Se dire qu’on peut avoir droit au bonheur de temps en temps, encore mieux si c’est un temps durable, même si tout vous pousse à croire le contraire. Même si tout vous indique qu’ils ne sont pas faits pour vous, ces nuages roses où flotte naturellement la moitié du monde. Pendant que l’autre moitié se gorge de dérivés médicamenteux ou autres substances plus ou moins illégales pour avoir un bout de ce nuage et planer avec le reste de la planète. De manière plus illusoire certes, mais planer tout de même. Parce que j’en ai marre de prendre mes médicaments tous les jours tout en essayant de me convaincre que je ne suis pas malade, que je ne l’ai jamais été et ne le serai jamais plus. De me convaincre, assez facilement, que la dépression et la mélancolie journalière ne sont pas des maladies que l’on soigne avec des séances de psy d’une demi-heure à 50 euros, pas plus avec des pilules qui ne parviennent même pas à entrainer un quelconque effet placebo. Que l’anéantissement de soi provient d’années d’échecs, de mise en abîme de sa personne au profit des autres, dans le but de se découvrir heureux et capable de le supporter. Beaucoup m’ont dit qu’être égoïste permettait d’éviter la souffrance. Non. Etre égoïste c’est vouloir une multitude de choses, et les vouloir pour soi. Ce qui n’empêche pas le moins du monde d’en baver quand les recherches se veulent infructueuses.

La vie n’est pas une partie de plaisir mais il faut se savoir à même de jouer le jeu. Parce que c’est ça aussi, la vie. Parce que rire le jour durant est aussi éreintant que de se réveiller en larmes en pensant à la journée qui s’annonce. Où il faudra assumer ses responsabilités, se dresser une bonne mine, rire et sourire, regarder dans les yeux – ou du moins côtoyer a minima – quelqu’un que vous désirez par-dessus tout (et qui le sait pertinemment) en n’en laissant rien paraître, être à l’écoute, donner des conseils, rester aimable sous toutes circonstances alors que les conseils qu’on tente de se prodiguer à soi-même sont tout sauf applicables, tout sauf désirables, tout sauf réalisables.

The_land_of_Fairytales_II_by_BloodyGarden

Parce qu’un jour la vie nous fera dépasser nos rêves les plus fous, nos envies les plus tenaces et nous donnera, en récompense des périodes de vaches maigres, une saine et belle raison de se lever le matin, je continuerai de me lever le matin.

Publicités

5 commentaires

  1. et bah c’etait long, j’ai tenu comme d’habitude mais ça me fais chier que ce blog prenne une pause, surtout avant de pondre l’article sur DM ton avis m’aurait vraiment interressé surtot sur le TTA ^^

    J'aime

  2. Ca c’était de l’article comme j’aime. Bon, pas pour le fond mélancolique (et bon, ça se comprend donc je ne ferai pas de commentaire là-dessus tant c’est normal) mais plutôt pour la forme : un bon article bien long à lire. Mais malgré le contenu, je l’ai trouvé agréable à lire. Faut savoir que chacun a ce même but, d’être heureux dans la vie. Seulement il est vrai que certaines personnes sont plutôt passives et se disent « advienne que pourra » et prennent la vie comme elle vient (probablement par peur d’agir et des conséquences j’imagine) alors que d’autres se forcent à agir pour obtenir ce qu’ils veulent. Deux philosophies de la vie différentes. Puis bon, question égoïsme je pense que chacun voit midi à sa porte. Chacun veut une part de ce gâteau, parfois sans vouloir regarder les problèmes en face et de se dire « tant pis, je gèrerai ça au moment voulu » et ainsi profiter des bons moments tout en se mettant des oellières devant les yeux pour s’efforcer de ne pas voir les mauvais côtés qui pointent à l’horizon. Mais bon… quand on se dit que ce qu’on a vécu, que ce qu’on vit, bah d’autres personnes l’ont aussi vécu (peut-être pas de la même façon c’est sûr), c’est un moyen de se dire qu’il est possible de remonter la pente, peu importe le temps qu’il faudra pour que ça arrive. Alors oui, il est vrai que ça n’en banalise pas moins l’affaire. On souffre et peu importe ce que les autres diront, ça continuera, au moins un moment. Mais le temps allège ces souffrances, encore faut-il attendre suffisamment longtemps. Cheer up!

    J'aime

  3. Le truc, c’est qu’à force d’essayer et de s’y casser les dents, on n’ose plus se forcer à continuer dans cette voie. Plus de motivation, plus rien. C’est pas si évident que ça d’être heureux, ou en tout cas ça ne l’est pas pour tout le monde, car à côté, beaucoup de personnes le sont sans même l’avoir cherché outre mesure. J’ai juste l’impression de tourner en rond, d’avoir changé mais pas forcément comme je l’aurais voulu, et de passer mon temps à regretter les moments passés « fournisseurs officiels de bonheur », même si se complaire dans les souvenirs n’est jamais bon. Et encore. « Se complaire » n’est pas vraiment le mot adéquat car les souvenirs passés, même s’ils sont heureux, ne restent que des souvenirs passés, sources de nostalgie et donc de mélancolie.

    J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s