La Personne de Trop : La Troisième !

S’il y a bien une chose qui me fait sortir de mes gonds (parmi un paquet de dizaines d’autres choses) c’est bien quand on m’adresse la parole en utilisant la troisième personne du singulier pour me désigner. Elle fait quoi dans la vie ? Premièrement, si tu t’adresses véritablement à moi, tu ne formules pas tes phrases comme ça. Tu m’as prise pour un nourrisson de deux mois qui ne sait ni parler ni comprendre ce qu’on lui dit ? Elle prendra du café comme tout le monde ? Oui, je reste un être humain et je crois pouvoir faire des efforts de socialisation quand on me le demande (même si boire un café n’est toutefois pas un effort pour moi), quand d’autres ont apparemment toujours des problèmes avec le respect et les bonnes manières. Subir pendant tout un après-midi ces (re)marques de condescendance, volontaires ou non, mais tout aussi désagréables un cas comme dans l’autre, pourrait amener ni plus ni moins à une clarification de la situation par le biais de mots orduriers, de phrases bien placées et d’ironie délicate.

Mais là où ça se complique, c’est quand lesdites paroles condescendantes sont prononcées par des personnes de cinquante années plus âgées que moi. La solution reste de simplement leur faire comprendre par un dialogue censé que je ne suis pas la jeune idiote qu’ils croient voir en moi et que la jeunesse ne rassemble pas tous les défauts. Dussent-ils oublier qu’ils sont aussi passés par là bien des années auparavant. Et elle, elle préfère se faire enterrer ou incinérer ?

Bref, il est minuit, l’heure de mon épisode de Nurse Jackie. Pour faire de beaux rêves, c’est le top. Et pour se détendre aussi ? J’en prendrai bien un deuxième alors.

3 commentaires

  1. Haha oui c’est chiant ça j’imagine. Mais n’oublies pas que c’était les rois ou encore le membre hauts-placés du clergé que l’on désignait par la troisième personne du singulier « Si sa majesté voit ce que je veux dire ». Mais je te rassure maintenant c’est très familier et impolis à l’usage avec des adultes que l’on connais trop peu. Tu peux t’plaindre !

    J'aime

    1. Yep, j’avais oublié ce détail, tout dépend du ton de la phrase en fait. Mais quand le ton se rapproche du respect du genre royal (suivant ton exemple), ça ferait encore plus foutage de gueule :p (de nos jours bien sûr). Et pis tu me connais, je trouve toujours le moyen de ne pas être contente 😀

      J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s