C’est dans l’Air de Paris

Dimanche dernier, sous la chaleur habituelle du ciel parisien (non, c’est une blague, il faisait froid une bonne partie de la journée), rendez-vous était donné au centre Pompidou pour un flashmob anniversaire. Un flashmob ? L’anniversaire de qui, de quoi ?
Pour reprendre la définition de Wikignagna « Une flash mob, terme anglais traduit généralement par foule éclair ou mobilisation éclair, est le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de se disperser rapidement. »
L’anniversaire fêté était celui de Mylène Farmer d’une part et de son dernier concert au Stade de France d’autre part « j’ai 80 000 invités pour mon anniversaire, c’est absurde » (petit rappel, et je remercie grandement Mélissa : Vente record de 160 000 billets en 2 heures, la plus grande scène d’Europe entièrement couverte (64 mètres d’ouverture, 22 mètres de profondeur, 24 mètres de hauteur), une avancée de 65 mètres dans le Stade, 750 m² d’écrans, 200 tonnes de matériel posé sur la pelouse, 90 semi-remorques de matériel et 1200 personnes pour tout gérer).

flashmob

Avant tout organisé sur Facebook, l’événement aura rassemblé 138 danseurs et plus du double de participants dans la globalité (photographes, accompagnateurs et journalistes compris). Dresscode simple et peu farmérien pour un sou : haut blanc et lunettes noires, pour réaliser la chorégraphie de la chanson C’est dans l’Air effectuée en live il y a tout juste un an. On aurait du venir avec des croix en bois sur le torse, du sang sur les habits et du sperme sur les chaussures, ça aurait sûrement plu au plus grand nombre, force est de constater que les détracteurs de Farmer sont souvent ceux ne connaissant d’elle que ses forts succès médiatiques d’une époque désormais révolue (Libertine ou Sans Contrefaçon pour ne citer qu’eux). Mylène Farmer a bien plus de légitimité qu’une chanteuse à la mode qui ne ferait que passer. Ses textes, dits incompréhensibles par les hérétiques, reflètent les maux de la société qui vont et viennent et le malaise ambiant suivant les décennies. Dans Dégénération par exemple, son Sexy trauma, sexy coma ne veut que pointer du doigt ces jeunes buvant à outrance et risquant la Mort pour quelques minutes de plaisir extatique. Jouant à outrance avec les mots (dont Eaunanisme et l’Histoire d’une fée, c’est … ne sont que des exemples plus fragrants que d’autres) et s’inspirant tantôt d’Edgar Allan Poe, tantôt d’Egon Schiele pour sa peinture, on ne peut que faire la différence entre ses textes délicatement construits et ceux de Sheryfa Luna.

En guise de conclusion je reprends un commentaire de Mélou sur le blog de Zegut (ce dernier s’offusquant du prochain duo Farmer / Ben Harper), « Faut arrêter de cracher dans la soupe sans connaitre. Farmer n’est pas une chanteuse pleurnicheuse sadomasochiste comme tout le monde aime si bien la cataloguer, c’est avant tout une putain d’artiste, qui respecte son public, ses shows sont monstrueux, pas pour rien qu’elle bosse avec Mark Fisher (U2) et qu’elle utilise des techniques en première mondiale comme son rideau d’eau avec les paroles apparaissant en gouttelettes d’eau ou le dernier système acoustique pour ses concerts au stade de France, alors on aime ou on n’aime pas, mais se foutre comme ça de sa gueule sans connaitre qui elle est professionnellement je trouve ça lourd ! Voilà c’est dit elle mérite un immense respect et dans le milieu musical, elle l’a, elle pousse toujours les limites et met tout son fric dans ses shows, alors oui, on aime ou on n’aime pas ses chansons mais le personnage est ultra cultivé et ultra professionnel […] ! ».

A bon entendeur …

Publicités

2 commentaires

  1. j’aime (comme disent les devotees) ULTRA cet article !
    on attend que la video j’ai envie de dire mais cette photo est assez classe, surement parce que je suis dessus d’ailleurs !

    J'aime

  2. Pareil, j’adore la photo :’)

    En revanche j’ai oublié de parler du gars qui m’a traitée de pétasse (à cause de mes bottes et mini-robe ou juste parce qu’il n’aimait pas ma gueule ? :p) mais c’était un cas celui-là !

    J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s