Vivre, c’est juste faire acte de présence

amie_by_ventunas

Passer son temps à se reconstruire, années après années. A se reconstruire une vie, à se reconstruire soi-même avant tout. Passer son temps à se reconstruire, mais surtout prendre son temps pour le faire. Se répéter avec un accent italien empli de candeur que la vie est belle après tout, même sans trop y croire. Mais se le dire, s’en persuader. Pour oublier ses aspects rugueux qui écorchent la peau et les organes internes. Ses irrégularités qui égratignent le corps, le cœur et l’esprit.

Jours après jours, semaines après mois, après années, rebâtir sa pyramide de Maslow dévastée ; retrouver une certaine confiance en soi, un besoin de se sentir aimé, de compter pour quelqu’un. Et puis se jurer, qu’ô grand jamais personne ne nous fera plus jamais de mal. Que personne ne nous fera plus souffrir. Le fait d’avoir souffert pour plusieurs et pendant plusieurs années rend bien moins tolérant à la violence psychologique. Le fait d’avoir assez donné de sa personne pour sentir qu’une peine plus grande qu’une autre pourra nous briser, à jamais.

Alors petit à petit on se sent mieux. Pas encore forcément bien, mais déjà mieux. On commence à pouvoir regarder les autres en face et les voir autrement que des ennemis destinés à nous rendre la vie détestable. On se surprend à sourire, rire même. En se forçant au début, puis en prenant le pli, le faisant par réflexe défensif et – se rendant compte qu’il est bien mieux vu qu’un hochement de tête approbateur – on finit par l’adopter, par habitude plus que par véritable envie.

Et puis vint le jour où l’on se croit prêt. Prêt à profiter de la vie, comme tous ces insouciants qui courent les rues et les jardins. Prêt à vouloir refermer les blessures du passé, prêt à les laisser au fond du placard en se disant qu’elles n’étaient que de mauvais rêves. Se dire que finalement la vie vaut peut-être le coup d’être vécue et balayer d’un revers de la main ce qui servait encore pourtant à nous faire prendre compte des erreurs passées pour ne plus les commettre par la suite. Ne jamais faire confiance aux Autres, jamais.

Mais on recommence, on se laisse vivre, on se laisse avoir donc. C’est là que l’on se rend compte qu’on ne pourra jamais être de nouveau prêt. S’abaisser à vouloir être heureux n’est ni plus ni moins qu’un piège monté de toutes pièces par les aléas de la vie. Faire confiance à quelqu’un, quel qu’il soit, n’est au final qu’un lancement d’un compte à rebours de bombe qui ne préviendra jamais quand il fera exploser votre vie, vos espoirs et vos perspectives d’un avenir heureux.

Publicités

5 commentaires

  1. Le concept de se sentir heureux est assez vicieux quand on regarde bien. Quoiqu’on dise, on ne peut être heureux en restant seul. Il nous faut des amis, un minimum d’amis. Histoire déjà de sentir qu’on peut être apprécié pour qui on est et donc de nous donner un minimum de confiance en soi. Ensuite, pour ce qui est de notre « moitié » (lol!), si on veut que la relation se passe bien, faut s’ouvrir, faire confiance et en conséquent, baisser sa garde et devenir vulnérable. Et c’est là qu’on s’expose à tous les maux possibles et imaginables. Perso, je ne suis pas quelqu’un qui s’énerve outre-mesure. Suffit que j’me sente trahi ou que j’ai le sentiment qu’on se foute de ma gueule pour que je sorte les crocs et que je morde. Et quand ça arrive, ça fait mal c’est sûr. Faut du temps pour guérir des blessures mais avec un peu d’optimisme on finit par aller de l’avant.
    Ressasser le passé et se concentrer sur les erreurs qu’on a pu faire, c’est pas vraiment la meilleure chose à faire. Certes on fait ça pour éviter de reproduire deux fois la même connerie, mais bon…
    On reproduit toujours le même schéma au final : on est fermé, on s’ouvre, on fait confiance, on se referme et la boucle recommence.

    C’est un peu pessimiste dit comme ça, mais ça arrive tellement souvent aussi o/
    Heureusement que y’a les amis avec qui on arrive un peu à oublier toutes ces conneries qui se sont passées ^^

    J'aime

  2. Une fois de plus, tu réussis à mettre les mots justes sur quelque chose que nous partageons…

    Ne jamais faire confiance aux Autres est malheureusement à double tranchants, ne l’oublie pas non plus ma puce…

    J'aime

  3. Comme c’est bien triste.
    Bien sûr que ça ne dure qu’un temps mais quand tu l’as compris bah tu profite des bons moments que ça t’apporte.
    Après bien sûr les mauvais moment viendront tôt ou tard mais on peut dire que c’est « le prix à payer » pour tout ces bons moments.
    Une vie où on ne s’engage pas affectueusement en amitié ou en amour c’est une vie qui ne va bien qu’un temps mais où on finit par s’emmerder et trouver les choses fades.

    Aller. Fin de la psychologie de comptoir. Hips. 😉

    J'aime

  4. « Faire confiance à quelqu’un, quel qu’il soit, n’est au final qu’un lancement d’un compte à rebours de bombe qui ne préviendra jamais quand il fera exploser votre vie, vos espoirs et vos perspectives d’un avenir heureux. »

    mélou aime

    J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s