Comme une icône sous le Nikon

Caffe_by_jasamijesamoblak

Jusqu’à il y a encore un mois, j’avais en ma possession un « vieux » Kodak numérique – si tant est que l’adjectif puisse s’accoler au terme d’appareil photo numérique. Pas de problèmes jusqu’alors, m’efforçant de faire une cinquantaine de clichés par semaine, dont un petit dixième seulement réussissait à me servir de base pour Photoshop.

Aujourd’hui, un réflex rythme ma vie. Ce n’est plus 50 clichés hebdomadaires qui me font face mais un nombre quatre fois plus imposant, et je ne parle pas du bracketing. Pire, la proportion de photos réussies dépasse maintenant de loin le dixième du total. Plus question de passer des soirées entières sur une seule photo portait, la cadence se doit d’être augmentée, tout en maintenant le pouvoir d’imagination qui tiraient les clichés vers le haut.

Bien plus facile de prendre des photos que de les rendre marquantes et originales, comme de remarquer le « Made in Thailand » sous l’objectif de mon Nikon.
Lors du festival d’Angoulême, tous les photographes et leurs objectifs se pressaient devant Frédéric M., jouant des coudes et comparant le fort symbole phallique qu’ils tenaient dans leurs mains et agitaient dans tous les sens.

Celui qui a le plus petit est toujours le plus lésé.

Publicités

2 commentaires

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s