Savoure le Rouge

2589740475_small_1

Et rien qu’entre elles et sans garçon,
Sur des rochers, des forêts elles habitaient.
Toutes les journées dépensées en jeux fripons,
Et rien de plus qui pouvait les déranger.

Il n’y a pas de barrières plus fragiles que celles qui séparent l’Amour de l’amitié. Les deux peuvent se mélanger, se confondre, ne faire qu’un pour enfin rester indissociables. L’Amour n’est pas ambigu, l’amitié l’est beaucoup plus car elle seule peut se métamorphoser en un sentiment bien plus fort de manière aussi rapide que l’Amour peut lui s’éclater. Elles ont bien souvent l’impression que l’humanité toute entière a gâché toute la définition de ce mot, gâché ce sentiment si noble, si simple et si précieux.

L’amitié n’est pas non plus de l’amour déguisé, c’est une confiance et une impression de complicité qu’elles n’ont jamais su retrouver dans d’autres types de relations. Alors elles se sont mises à avoir des fucking friends, des amis avec lesquels elles se sentaient bien et qu’elles n’avaient pas peur de décevoir. Elles les voyaient au gré de leurs envies et sans se sentir attachées, liées de force à des rendez-vous amoureux obligatoires. Enfin, elles étaient libres.

Cette sensation de plénitude ne dura qu’un temps, évidemment. Elles ne se qualifiaient ni comme célibataires, ni comme étant en couple, qu’étaient-elles donc ? Elles-mêmes n’en savaient rien. Et plus que de poser des problèmes moraux dont elles n’avaient rien à faire, elles commencèrent à se questionner sur le sentiment mélancolique qui semblait les ronger de l’intérieur : une culpabilité mélangée à un dégoût de soi qui n’entraina ni plus ni moins que la remise en question de leur choix de vie. Elles cherchent l’Amour sans trop y croire. Elles font l’amour pour profiter du temps présent, du temps plaisant. Mais n’est pas épicurien qui veut, profiter de relations charnelles aussi facilement et aussi frivolement que feuilleter un magasine féminin ne pouvait que rendre le poids de la culpabilité d’autant plus lourd et plus tenace qu’elles ne s’en étaient jamais soucié jusqu’alors.

Et dans la nuit et sous la lune,
Elles s’embrassaient, s’amusaient quand elles voulaient.
Et elles se baignaient en short dans les écumes,
Et elles dansaient, s’amusaient comme elles voulaient.

3 commentaires

  1. putin j’my connais pas en indochine mais dans l’image y’a la petite croix qu’ils avaient sur un album je crois hihi et savoure le rouge c’est un titre d’indo non? et les paroles c’est canary bay? j’en sais rien mais j’ai ma meilleure amie qui est fan d’indochine alors du coup je sors ma sciences style je connais mdr

    le 1er paragraphe je suis entièrement d’accord avec toi, la suite du roman est tout a fait génial j’t’assure je te le répète sans arrêt mais putin t’es douée quoi après j’my connais pas en littérature mais c’est de mon gout en tout cas

    J'aime

  2. Ah ouais j’avais même pas remarqué pour la croix 😮 C’est même pas fait exprès vu que la fille sur la photo est censée être une fan de Manson (la pauvre …).

    NE ME MENS PAS, tu t’y connais super bien pour une non-fan (Canary Bay c’est pas une des plus connues en plus !)

    Arrête avec tes compliments, tu me fais rougir *blush*
    Prête-moi ton poney !

    J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s