Anima sana in corpore sano

Ma semaine de cours m’offre la possibilité, et cela, toutes les semaines, de ne pas travailler le lundi. Sitôt vu la neige en train de revêtir la pelouse du jardin je passai un coup de fil à ma petite amie. Certes, le temps n’est pas ce qu’il y a de plus chaud et de plus sensuel mais il a cet avantage tout particulier d’être délicat et carrément romantique. La neige m’a toujours réjoui. Sensation de pureté et d’élégance, elle a sans cesse contribué à faire frissonner en moi cette curieuse impression de renaissance et de suppression des écarts de conduite de l’année qui se termine. Certains pourraient saisir l’occasion au vol et dire de moi que je suis efféminé. A dire vrai je ne crois pas que ce soit du tout le cas. Bien sur, je soigne mon apparence, je m’habille avec précision, ne voulant négliger aucune erreur ou imperfection en passant du temps devant mon psyché. Je fais attention à mon corps au moins autant qu’à traiter et maltraiter continuellement mon esprit.
Un esprit sain dans un cœur sain.
Tout cela s’explique plutôt à mes yeux par une volonté de perfectionnisme. Je ne veux pas que l’on ait des impressions fausses sur moi, pas plus que les vraies. Je continue tous les jours de m’instruire, de lire, de regarder, d’écouter, et surtout de parler. Car y a t il une meilleure source de connaissances que celles émanant des autres ? Je recherche l’intelligence sans failles, veux savoir presque tout sur tous les sujets et ce jusqu’à passer pour un idiot fini en demandant sans cesse des réponses auprès de mon entourage. Peut-être est-ce pour cela que ma copine m’aime. Pour l’image que je lui renvoie. L’image qu’elle voudrait voir et que je lui offre effrontément, comme c’est souvent le cas au début des histoires de couples, expliquant aisément pourquoi la fin a tendance à se précipiter dès que les amants se lassent de leur rôle et que leurs masques tombent. Peut-être est-ce pour cette raison aussi que je collectionne les petites amies et les histoires sans lendemain. Toutes ces jolies filles qui commencent trop à s’accrocher à moi au fil des jours me font peur. Elles me mettent en danger, en danger face à ma conformité voulue. Ce qui me pousse à réaliser dans le même temps que je préfère continuer à m’enfoncer dans mes faux-semblants plutôt que de m’ouvrir aux autres et de leur être sincère. Sincérité que je refuse d’accepter moi-même. Au risque de voir ma propre vie défiler sans son personnage principal.

Publicités

6 commentaires

  1. tu me fais un remake de The L world??? pourquoi tu parles pas au féminin, il me manque un épisode??????
    pour ce qui est de la neige,moi ça m’rend toujours joyeuse car c’est tellement rare et j’ai toujours tendance à bousiller le « rare » dès qu’il m’approche de trop, la neige fond,rien n’échappe à la règle.
    moi je m’habille en jean et converse car les taille 38,c’est pas pour moi,c’est un choix différent du tien mais du coup moi non plus c choix ne reflète pas totalement le « moi »

    J'aime

  2. aaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhh ouffffffffffff je me disais bien,putin je pige kedal,j’ai trop loiupé des trucs dans sa life,enfin oui j’en manque des tas c’est normal mais au point que tu sois devenue homo ou transexuel de robes là c’etait gros!
    je suis vraiment conne moi j’hallucine

    J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s