Chai pas moi mais faut qu’ça bouge

Un peu d’optimisme. C’est tout ce qu’on demande après tout. Un chapeau de paille et une brouette ne sont pas uniquement faits pour transporter un cadavre ; voir la vie en noir a ses défauts et ce n’est pas toujours tout rose. Un bon livre, des amis proches, le tout sans faire de prosélytisme. Et puis arrêtons de couvrir la vie de ses plus beaux mots doux en la décrivant comme sophistiquée alambiquée juste compliquée. Le tout est de ne pas avoir de vision systémique, à défaut d’être manichéen comme bien d’autres l’ont été avant nous. Réduire la vie à un monde de couleurs, où tout est beau, magnifique et affreusement blasant n’est pas une vérité ; le contraire ne l’est pas non plus. Il faut prendre un peu d’air tu vois, du recul, se contenter de sa propre vie parce qu’elle ne changera que si l’on s’en donne les moyens, elle ne changera qu’avec un minimum d’ambition et d’envie, justement, de changement.

Tu ne peux pas continuer à voir tout en rose, je ne peux plus continuer à voir tout en noir.

Voir la vie belle, c’est être aveugle, négationniste voire complètement heureux. Alors en ce cas évidemment que la vie puisse être belle puisqu’on ne prend en compte que la sienne et aucune main invisible au monde ne pourra remettre d’aplomb ce système bien plus bancal qu’il n’y paraît. Alors on s’enfonce de plus en plus dans de faux semblants à des allures tellement véritables qu’elles feraient passer un homme intelligent et cultivé pour un humain inapte aux yeux d’un dément.
A l’opposé voir une vie comme je la vois moi n’a aucun intérêt si ce n’est penser que la société dans laquelle tu vis toi ne peut être qu’une société débridée sans apports, sans joies et sans absence de douleurs. C’est ignorer sempiternellement les espoirs de l’aristocratie ambiante et baisser les bras devant une quelconque amélioration tout en levant les yeux en guise de provocation.

Le juste milieu à trouver ne peut l’être que par ceux ayant un prosaïque bon sens ; trop réfléchir amène à trop de questionnements, trop de remises en question et trop peu de réponses. Etre optimiste ou pessimiste et donner du mou à ses idées en cherchant le juste milieu équitable équivaudrait à perdre du terrain, à se laisser gagner par l’adversaire ; chose inavouable et invraisemblable qui poussera toujours la communauté à se diviser, se déchirer, s’entretuer, débattre, tergiverser et confronter les opinions. Une vie sans opinions divergentes serait magnifique et complètement blasant, donc totalement inefficace et irréfléchi.

2 commentaires

  1. je suis revenue de la pizza depuis le tps,t’aurais pu t’inquiter quand meme et bah tu vois je suis une pessimiste dans l’air mais une pizza et un bon petit verre de vin rouge me donne le sourire

    J'aime

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s