Vivre crée une forte dépendance, ne commencez pas.

C’est curieux comme le simple fait de savoir que j’ai des Dolipranes (et non pas Dolichocéphales comme me le conseille le correcteur firefox ; qui ne reconnaît d’ailleurs même pas son nom) dans ma poche me donne mal à la tête. Un genre de cercle vicieux en somme. On sait que l’on a de quoi se soigner on va donc se permettre d’être malade.
Je n’aime pas cet état des choses.

Je n’aime pas non plus la vulgarité, la perversion a cet avantage, ce sentiment de distinction et de classe qui l’empêche de sombrer dans les plaisirs grivois.

2 commentaires

Laissez un commentaire si le coeur vous en dit !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s